Quelles répercussions les progrès technologiques auront sur les banques en 2020 ?

Les cadres réglementaires d’après-crise se sont progressivement mis en place et les institutions financières ont adapté leurs modèles économiques en conséquence. Il devient maintenant évident que le rythme accéléré du changement technologique est la force la plus créative et la plus destructrice de l’écosystème des services financiers aujourd’hui. Dans cet article, nous vous détaillerons les répercussions réelles de ces progrès technologiques sur la banque du futur.

La FinTech, sera-t-elle le moteur du nouveau modèle économique ?

Avant la vulgarisation des nouvelles technologies, les nouveaux arrivants sur le marché financier ont eu du mal à se faire une place. Mais, cela fait désormais parti du passé. Les start-ups, qui se concentrent sur une technologie ou un processus innovant particulier dans tous les domaines, des paiements mobiles à l’assurance ont su faire leur place sur ce marché ultra-concurrentiel. Et ils se sont attaqués à certains des éléments les plus rentables de la chaîne de valeur des services financiers. Cette situation a été particulièrement préjudiciable  aux banques privées historiques qui ont toujours subventionné des offres de services importantes mais moins rentables.

Quel sera le rôle de l’économie de partage ?

Si l’économie du partage s’est emparée des voitures, des taxis ou des chambres d’hôtel, elle ne devrait pas tarder à s’installer dans les services financiers. Dans ce cas, l’économie de partage fait référence à la décentralisation de la propriété des actifs et à l’utilisation des technologies de l’information pour trouver des appariements efficaces entre les fournisseurs et les utilisateurs de capital, plutôt que de se tourner automatiquement vers une banque comme intermédiaire.

Le Blockchain, va-t-il faire bouger les choses ?

Plusieurs groupes industriels se sont réunis pour commercialiser la technologie et l’appliquer à de véritables scénarios de services financiers. Désormais, il faut s’attendre à ce que cette hausse du financement et de l’innovation se poursuive à mesure que la chaîne de distribution et FinTech passent d’une orientation essentiellement axée sur la vente au détail à une utilisation plus institutionnelle. Et même si bon nombre de ces sociétés risque de ne pas survivre au cours des trois à cinq prochaines années, nous croyons que l’utilisation du  » grand livre public  » de la chaîne en bloc deviendra par la suite une partie intégrante de l’infrastructure technologique et opérationnelle des institutions financières.

Le numérique devient central !

Le développement de l’Internet et d’importants investissements technologiques ont permis des gains d’efficacité sans précédent. Pour mettre en place un programme numérique efficace, il faut nécessairement des équipes, des budgets et des ressources distincts. Ce programme s’étend de l’expérience client et de l’efficacité opérationnelle aux grandes données et aux analyses. Dans le secteur des services financiers, cette approche s’applique aux paiements, aux services bancaires de détail, à l’assurance et à la gestion de patrimoine, etc.

L’intelligence client, principal prédicateur de la croissance et de la rentabilité

Autrefois, l’intelligence client était basée sur des procédures relativement simples, construites à partir de groupes de discussion et d’enquêtes. Aujourd’hui, les progrès technologiques ont permis aux entreprises d’accéder à un nombre exponentiel de données sur ce que les utilisateurs font et veulent. C’est une opportunité incroyable pour mieux comprendre les clients et leur offrir des services personnalisés.